Accueil

 

 

 

 

JE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE
PUISSE CE SITE VOUS AIDER AU MIEUX A AVANCER DANS VOTRE VIE

 

 

LA PLEINE LUNE

Faites vos rituels 

JEUDI 21 MARS 2019, à compter de 2h43

Vous ne connaissez pas ? Ou vous ne savez pas comment faire ?..... Suivez ce lien

http://intelligence-infinie.e-monsite.com/pages/la-lune/la-pleibn/les-rituels/

Quelques liens concernant la Pleine Lune

http://intelligence-infinie.e-monsite.com/pages/la-lune/la-pleibn/pleine-lune-du-21-mars-2019.html

 

 

LE PARDON

La domestication, c’est une voie à double sens. Même si quelqu’un d’extérieur peut avoir utilisé sa parole et ses actes pour tenter de vous domestiquer, voire pour vous nuire et vous faire du mal, au final c’est bien vous qui avez dit oui à cette croyance et qui lui avez permis de fleurir dans votre esprit.

Il est donc crucial que vous preniez conscience d’être à moitié responsable de la relation : ce  n’est pas juste la faute des autres. Admettez que vous avez utilisé les propos et les actes passés d’autrui pour vous nuire potentiellement à tous les deux, en leur disant oui. Les paroles et les actions des autres ne peuvent vous blesser qu’avec votre permission, et vous la donnez sitôt que vous choisissez d’être d’accord avec eux.

Exercice : Le pardon survient sitôt que vous dites non à l’éventualité de conserver la douleur d’un accord qui ne vous fait pas du bien. Dites à voix haute ou intérieurement : « Je me pardonne et je pardonne à tous les autres d’avoir utilisé leurs propos et leurs actes contre moi, et je forme le vœu de ne plus me nuire à l’avenir. »

Le fait de pardonner à vous comme à autrui, vous rend libre d’aller de l’avant dans votre vie.


Extrait "Méditations quotidiennes sur la Voie Toltèque" - Don Miguel Ruiz Jr

Mario Duguay "Energie de Guérison."

 

 


CULTIVER LA PENSEE POSITIVE

"La vie ne m'apporte que des expériences positives. Je suis ouvert à des changements merveilleux"

"Pensées pour Réussir - 365 affirmations quotidiennes de Louise L. Hay -

 

 

CLE DE SAGESSE N° 295

"Parfois, si vous écoutiez davantage votre voix intérieure, beaucoup de problèmes seraient écartés de votre chemin, mais votre mental étant trop actif et votre ego trop présent, vous n’écoutez malheureusement bien souvent que celui qui domine en vous, c’est-à-dire votre mental, votre ego. "

Source :https://ducielalaterre.org/clefs/fr/

 

 

 

LA CHENILLE ET LE PAPILLON

Toute métamorphose débute par un changement de conscience. C’est à l’instant où vous réalisez que vous n’êtes pas un humain que votre vraie nature jaillit.

Un jour, une petite chenille partit explorer une vaste forêt. Elle s’arrêta devant une flaque d’eau et perçut pour la première fois son reflet. Très déçue de l’image qui lui fut renvoyée, elle continua à avancer.  « Je ne suis qu’un petit être rampant. », pensa-t-elle en observant un majestueux papillon qui se posa à côté d’elle. Il lui dit : « Si tu te souvenais de ta vraie nature, tu pourrais enfin te métamorphoser. » La petite chenille ne comprit rien et répondit : « De quelle transformation parles-tu ? Je suis née chenille et ainsi je mourrai. » Le papillon continua : « Si tu t’enfermes dans cette idée, tes ailes ne pourront jamais se déployer… »

Placez-vous devant un miroir, regardez ce reflet et demandez-vous : « Suis-je ce corps périssable ? » Suis-je ces pensées et ces émotions qui en émanent ? Ou suis-je celui qui les perçoit ? »

Vous en êtes uniquement l’observateur. Vous êtes ce témoin silencieux. C’est à l’instant où vous réalisez que vous n’êtes pas une chenille que le papillon éclot.

Votre vraie nature est tellement vaste qu’elle ne peut être limitée par un corps, des pensées ou des états d’âme ! Jamais vous ne serez envahi par la vie, seul l’être humain est affecté par elle. Mais vous pouvez l’aider à vivre une vie épanouissante en le guidant et en l’aidant à déployer ses ailes maintenant

.Source : Extrait "Le Pouvoir de l'Accueil" - Nassrine Reza

NE NOUS ENFERMONS PAS DANS LE PASSE

Nous croyons faire notre éloge lorsque nous disons : « Je suis attaché à mes souvenirs. »  Cela consiste, la plupart du temps, à collectionner dans des fonds de placard des objets que nous n’oserions pas sortir en pleine lumière tant ils sont fanés, périmés, dépassés.

Ainsi, sans nous en rendre compte, nous trahissons ce qu’il y a de plus pur et de plus vivace dans nos amours. Nous nous attachons à la matière et cela nous empêche d’évoluer librement dans l’éternel renouveau de l’esprit. Nous nous laissons obnubiler par ce qu’il y a de visible, de transitoire, dans nos tendresses, tandis que leur essence impérissable nous échappe.

Quel est l’être raisonnable qui se refuserait à éliminer ses cellules mortes, à laisser son organisme les remplacer par des cellules vivantes ? Ce serait une condamnation à mort. Et pourtant, sur le plan de nos sentiments, c’est ainsi que nous agissons.

La mère, qui garde dans ses tiroirs les vêtements d’enfants de ses grands fils et filles, qui ne peut s’empêcher de regretter qu’ils aient grandi, qu’ils aient conquis leur indépendance, qui soupire en songeant qu’ils semblent s’éloigner d’elle, maintenant qu’ils sont libres, est gravement coupable ; ce culte d’un temps passé la rend injuste envers le présent.

Il ne nous est pas permis de falsifier un seul des instants de la vie. Si nous avons tendance à contempler le passé avec regret, nous devons faire l’effort de jeter au feu ce que nous appelons nos « chers souvenirs ». Cela est dur, mais sain.

Aimons ceux que nous aimons au jour le jour, ne les enfermons jamais dans le cercle étroit de nos habitudes sentimentales. Quant à ceux qui ne sont plus, ceux que nous pleurons, ceux qui ont conquis la liberté suprême, c’est leur rendre un bien faible hommage que d’enfermer leur souvenir dans un objet. Ce n’est pas ainsi, penchés sur de pauvres vestiges, qu’ils aiment à nous voir des hauteurs d’où ils dominent cette terre. Ils nous veulent plus grands, ils nous veulent pleins de cette divine sagesse qui sait se détourner de ce qu’ils ont été pour ne plus voir que ce qu’ils sont, pour l’éternité.

Source : Extrait "Le livre du Bonheur" - Marcelle Auclair

 

 

Date de dernière mise à jour : 19/03/2019