Le Royaume Tome 2

 

 

Résumé

24 ans, Johany a quitté la Terre. De l'au-delà, il appelle sa mère Midaho, médium, afin qu'elle le rejoigne en "voyage hors du corps" pour explorer avec lui le monde merveilleux dans lequel il est arrivé.

Ce tome 2 est le récit de ces découvertes. Dans ce livre, les questions se font plus précises, plus profondes : Qu'est-ce que Dieu ? Qu'est-ce que le temps ? Qu'est-ce que l'univers ? Les réponses de Johany nous entraînent bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer, vu de notre espace terrestre : Transcendance unique à laquelle nous sommes conviés à travers ces réponses.

Aucune expérience aux frontières de la mort (NDE) ne nous avait permis de connaître ces Mondes que nous aborderons au terme de notre vie terrestre. Découverte unique dont nul être n'avait encore témoigné.

Ce Royaume ou Paradis nous dévoile ses Merveilles et nous emmène dans la seule Réalité qui existe vraiment au-delà de toute maya ou illusion terrestre.

Ces récits nous laissent pantois, émerveillés, comme l'est lui-même Johany, devant les Mystères enfin dévoilés, devant l'immensité de l'Amour divin qui se laisse entrevoir à travers ces voyages. Ce livre se lit comme un journal de bord, écrit dans un style clair, spontané, celui du langage parlé de Johany dans toute la fraîcheur de sa jeunesse. Nous le suivons avec le même appétit de découvrir qu'il nous fait partager au fil de ces pages. Un livre bouleversant qui nous donne un aperçu de ce que sera notre vie... après la vie.

 

 

Quelques extraits :

 

- E.L : Etre de Lumière
- M : Midaho (mère de Johany)
J : Johany

 E.L.- "Tu sais, tu as compris depuis que tu viens ici que chacun vit les choses qui lui correspondent le mieux, et donc, pour nous qui sommes ici dans ce Monde, c'est la même chose. Si nous sommes ici, c'est parce que ce Monde nous correspond absolument. Nous y sommes absolument heureux. Et de même que pour les êtres qui sont dans le premier ou le deuxième Monde, nous pouvons y rester aussi longtemps que nous voulons, nous avons l'éternité devant nous. Et si nous nous sentons heureux ici, nous pouvons y rester encore des milliards d'années. Ce Monde est infini : il y a de la place, toujours autant de place, quel que soit le nombre de ceux qui y restent ou qui en partent pour rejoindre un autre Plan. Cela n'a donc pas d'importance d'y rester plus ou moins longtemps. l'important est que cela te corresponde, te rende heureux....."

M. - "Je vois un banc de Lumière blanche... C'est un banc vivant, l'on sent des caresses et de la jouissance lorsque l'on s'y assoit. Ce sont des sensations dans tout le corps.... C'est drôle, on a même la sensation de "manger" quelque chose, on ressent "un goût dans le corps".... moi j'ai la "sensation" d'une glace rafraîchissante. C'est très bizarre, et très agréable.... Je remercie Dieu pour ces sensations, ces cadeaux...... Je vois que des êtres se sont assis en cercle dans la pièce ronde. La pièce est entourée par un banc circulaire qui forme des petites enclaves, des petites niches, et au centre, sur une marche en contrebas, les êtres sont installés.... Ils sont comme l'être de l'ancienne Terre avec qui j'étais : très flous, ce sont des êtres de Lumière pure... On ne distingue aucun trait, la silhouette est très évanescente. C'est à peine une silhouette humaine. On distingue à peine quelques formes. Ce sont comme des particules de Lumière assemblées qui créent un semblant de corps, un semblant de forme humaine......."

M.- "Qui êtes-vous mes amis ?
Ils me répondent tous ensemble : "nous sommes des gens de la Terre d'avant."

M - "Est-ce cette Terre d'un autre univers ? de l'univers précédent ?
Ils répondent tous ensemble : "Oui"
Ils ont une voix grave et parlent d'une même voix, comme un choeur.

E.L.- "A la même époque que la vôtre, si nous prenons une comparaison précise, nous n'avions pas autant de technologie. pas du tout. Nous n'étions pas aussi développés. Nous n'avions pas été sur la lune par exemple. Nous n'avions pas envoyé de satellites autour de la Terre, ni envoyé de fusées dans l'espace. Nous étions, au niveau purement technologique, quelques centaines d'années en arrière de là où vous en êtes. Comme dans les années 1200, 1300 de votre ère. Mais cela ne nous empêchait pas d'être d'une certaine façon plus évolués au niveau de l'amour. Nous étions plus en paix que vous ne l'êtes aujourd'hui. il y avait plus de paix sur la Terre à ce moment-là. Je vous dirai que nous n'avions pas fait de pays comme vous l'avez fait, avec des frontiières précises, immuables qui suscitent la nationalisme, et poussent les êtres à dire : ceci est chez moi, n'y entre pas.... à défendre leur territoire. Nous n'avions pas ces notions. Pourtant, nous étions des êtres humains comme vous, exactement comme vous, il n'y avait aucune différence. Aussi, tu vois que ces notions ne sont pas inéluctables, ne sont pas innées. L'on peut ne pas avoir le sens patriotique ou le sens du territoire. Si tu veux une comparaison, nous étions plutôt comme vos peuples Indiens du Nord de l'Amérique, un peu sans patrie, sans terre à eux : la terre appartenait à tous, nous n'étions pas accrochés à un lopin de terre. Nous cultivions bien sûr et nous avions des maisons bien sûr. Pour nous, la terre ne nous apartenait pas en propre : comme l'air que nous respirions elle appartenait à la nature, à la planète. Il ne nous serait pas venu à l'idée de l'acheter. .. Nous avions un genre de monnaie, monnaie d'échange pour faire du troc même un peu plus que du troc. Cela ressemblait un peu à votre argent, mais cela n'avait pas pris les proportions que l'argent a pris chez vous, nous n'avions pas autant investi sur cet objet-là, ce n'était pas devenu une "valeur" comme ça l'est chez vous aujourd'hui. Il y avait beaucoup de différences entre votre façon de vivre aujourd'hui et la nôtre. Nous étions plus naturels, plus proches de la nature, un peu comme vos Indiens d'Amérique. Nous étions plus comme cela. Nous connaissions les plantes, nous les aimions, nous les pratiquions si l'on peut dire pour les soins, pour la nourriture. Nous connaissions bien la flore. Je te parle à la même époque que la vôtre......."

M - "Alors, vous étiez meilleurs que nous...."

E.L. - "On pourrait le croire.... Il y a quelques différences.... Je crois que nous étions une humanité.... plus douce;... c'est étrange de dire cela parce que Dieu nous a fait semblables mais au fil des millénaires nous avons su garder notre douceur et fait les apprentissages à l'amour avec, semble-t-il, plus de facilité que vous. Nous étions, je crois, plus doux. Quand je vois la Terre aujourd'hui, j'y vois beaucoup plus de violence, réellement beaucoup plus de violence entre vous....."

M - "Que pensez-vous de là où nous en sommes, de ce que nous faisons ? A part du bien...."

E.L. - "A part du bien... Je pense que vous avez beaucoup de choses à apprendre et bien peu envie de les apprendre.... Je parle d'une façon générale bien entendu. Vous avez à apprendre que les hommes sont frères, que la Terre est belle, que Dieu nous la donne pour y vivre en paix avec nos frères les animaux. Celui qui a été "François d'Assise" chez vous, avait compris cette paix-là, cet amour-là. C'est ainsi qu'il faut voir les choses. Les hommes ne savent pas encore que plus vite ils seront en paix, en amour, plus vite ils sortiront d'incarnation et plus vite, ils seront définitivement heureux, totalement heureux. Les hommes sont très très ignorants sur ta planète, des choses de la vie, du sens de la Vie, de ce que nous savons ici...."

M - "N'y avait-il donc pas de guerres chez vous ?"

E.L. - "Il n'y avait pas de guerres, non, les hommes peuvent vivre sans se faire la guerre. La guerre n'est pas inéluctable. Nous étions une humanité en paix, pas très évoluée au niveau technique, je te l'ai dit, nous n'avions pas inventé les téléphones portables mais nous avions découvert des choses plus essentielles que cela...."

M - "Est-ce vous n'aviez pas de voitures ?"

E.L. - "Non nous n'avions pas de voitures..."

M - "C'est drôle d'imaginer la Tere sans voiture... Bien sûr, ce n'est pas si ancien mais aujourd'hui c'est difficile à imaginer. Cela veut dire sans routes..."

E.L. - "Nous avions des routes comme chez toi au temps de.... Robin des bois, vois-tu. Nous utilisions les animaux pour circuler : les chevaux, les ânes, les mulets et d'autres encore. Nous avions des petits engins, un peu comme vos vélos, mais ce n'était pas plus élaboré que ça."

- M - "Cela a peut-être contribué à la paix, parce qu'aujourd'hui le fait de pouvoir acheminer des tonnes d'armes grâce aux transports que nous avons, favorise peut-être ces guerres multiples. Et ce que tu disais par rapport à la "valeur" argent car, en fait, ce sont les usines d'armes qui cherchent à écouler leur production et sont coupables aussi..."

E.L. - "Oh, s'il n'y avait pas de demandes, il n'y aurait pas d'offres."

M - "C'est vrai aussi. Comment vois-tu notre avenir ?"

E.L. - "Oh, je le vois bien, comme je te le disais au début, c'est une question de temps. Je ne suis pas pessimiste parce que je sais le Projet divin à votre égard. Il est le même que le Projet divin à l'égard de tous les peuples qui existent. C'est un Projet d'Amour. Vous serez sauvés, tous, un jour. mais le problème est de savoir : après combien de souffrances, au prix de quelles souffrances. ....."

M - "Est-ce que vous aviez des chefs, des rois ou des gouvernants comme nous ?"

E.L. - "Oh, cela oui, bien sûr, c'est indispensable. ils se disputaient parfois entre eux mais cela n'allait jamais très loin. Il y avait des luttes parfois mais ce n'était pas fréquent......"

M - "Vous n'avez donc jamais inventé la bombe atomique ?"

E.L. -"Non, ni même les armes à feu. Nous avions des armes : des piques et autres douceurs mais nous n'avons jamais inventé l'arme à feu... Bien nous en a pris. Cela nous a permis d'avancer plus rapidement sur la route. Un crime est si vite commis avec une arme à feu et alors le karma qui se génère doit se régler sur des vies. Cela alourdit considérablement l'humanité, la ralentét. Cette invention est vraiment une enclume pour l'humanité, un boulet à son pied. Pour chaque être tué par une arme à feu ou par une autre arme, l'être qui a porté le coup devra apprendre au cours des vies à ne plus jamais tuer l'un de ses frères. Imagines-tu le karma qui se génère en ce moment même sur ta planète, avec toutes ces guerres !"

M - "oui. Je crois que j'aurais préféré vivre sur ta Terre.... Y avait-il autant d'intolérance religieuse ? Y avait-il des religions ?"

E.L. - "Il y avait des systèmes de croyance, oui, qui pouvait s'apparenter à des religions. Il n'y avait pas vraiment de grande tolérance entre elles. nous n'étions pas très tolérants mais comme nous nous ignorions beaucoup entre groupes d'opinions différentes et comme les transports n'étaient pas développés, organisés, les gens s'ignoraient encore plus facilement. Il y avait moins d'échanges, donc moins de confrontations entre personnes d'opinions différentes.... Nous n'avions pas de villes gigantesques comme les vôtres, nous étions plus disséminés, comme dans vos campagnes anciennes. Il 'ny a que très peu de temps que vous développez ces mégapoles inhumaines qui génèrent tant de disharmonies et tant de violence ! Il faut que les hommes comprennent que le retour à la paix de la campagne par petits groupes isolés est la solution à ces problèmes de violence : des unités à taille humaine comme le sont les petits villages. C'est ainsi que se résoudront sur votre Terre les problèmes liés à la violence. il faut que les hommes retrouvent leurs racines avec la terre et leurs liens avec leurs frères, leurs liens de solidarité comem il en existe dans les petits villages."

M - "Comme dans la série télévision "La petite maison dans la prairie", lui dis-je en riant ?"

E.L. - "Tout à fait ! Je connais cette fiction sur la Terre, c'est tout à fait ça. Nous vivions d'une façon très proche de cette façon de vivre. ......"

M - "Quel heureux Monde ce devait être"

E.L. - "pas toujours, je te l'ai dit, mais plus facile, oui beaucoup plus facile !... Disons qu'un être qui arrivait à trouver la Lumière n'était pas accablé comme vous l'êtes aujourd'hui... Il suffit souvent de chasser les ténèbres pour que l'esprit de l'homme, qui était obscurci, s'éveille et découvre une autre façon de voir plus lumineuse... C'est ce qui va se passer pour vous sur la Terre. Les hommes verront alors les choses de façon objective..."

M - "Merci"

----------------------

 J - "Pour les gens qui ont été croyants sur la Terre, l'idée du Paradis n'est pas quelque chose qui va les surprendre ou les choquer ; ils n'ont pas besoin d'avoir un "sas de compréhension, ni de temps pour se faire à l'idée d'être là. Les gens que tu vois ici ont besoin  d'un temps pour accepter leur départ de la Terre, leur mort si tu préfères, un temps pour accepter d'être ici. Moi je n'ai pas eu besoin parce que j'étais assez "lumineux" et près de Dieu pour accepter de suite d'être ici. Pour tous les croyants qui ont une grande foi : tous les religieux, ce sera pareil. Tu vois, les gens qui aiment Dieu vraiment, quand ils prennent conscience qu'ils sont morts ça ne les choque pas, ils sont heureux de savoir qu'ils sont au Paradis, donc de suite ça se passe bien pour eux, mais pour tout un tas de gens quand ils comprennent qu'ils sont morts, comme l'homme à qui tu viens de parler, là, c'est l'affolement ! Ils refusent l'idée, même s'ils savent qu'ils sont au Paradis.Pour eux, ce n'est pas du tout un bien d'être au Paradis, tout ce qu'ils voient, c'est qu'ils ont quitté la Terre et qu'ils n'avaient pas envie, parce que la Terre ils connaissent et ici, ils ne savent pas comment c'est, ils ne connaissent rien, ils ne savent pas encore que c'est aussi bien. Donc ils ont un temps qui est décidé par la Sagesse divine. Dieu sait que c'est ce temps-là dont ils ont besoin : 40 jours de décompression, comme un sas quand on remonte de plongée, un sas pour s'adapter à ce nouveau Monde. Alors la règle est que pendant 40 jours, on les laisse, sinon ça peut brusquer les choses.....Ils comprennent très vite qu'ils sont morts, mais c'est un peu par respect ; on leur laisse le temps de se rendre ocmpte par eux-mêmes, prendre leurs mesures. Après, on y va, on peut les aider.... Et souvent, les guides aussi attendent ces 40 jours pour venir leur proposer toutes sortes de chosees et leur expliquer comment ça fonctionne ici : que l'on peut créer, voler, que l'on peut aller ailleurs, que l'on peut se faire son propre monde à soi avec qui l'ont veut, etc....

----------------------

Nous nous asseyons et nous attendons. Il y a beaucoup de monde. Certaines personnes sont bien présentes, elles parlent, elles vont les unes vers les autres, elles font connaissance, elles échangent. elles portent toutes leurs vêtements de la Terre, leurs vêttements subtils, bien sûr, mais la réplique de leurs vêtements physiques.... Puis un homme apparaît, les mains croisées sur la poitrine, c'est un prêtre, il a la bouche ouverte comme s'il avait été surpris par la mort et surpris d'être là.... Il est âgé, il est entrain de se matérialiser au milieu de la spirale tourbillonnante de lumière blanche. Cela prend quelques minutes. Il arrive debout....il est tout étonné, il ne comprend pas... comme s'il se disait : mais... je suis vivant !...... Alors des êtres de Lumière blanche viennent l'entourer, des anges magnifiques, ils s'approchent très doucement. Ils lui disent : "Viens, viens avec nous" avec une grande sollicitude... L'homme balbutie : oui oui.... Il est tout perdu... mais les êtres sont plein de douceur... ils ont de grandes ailes blanches... Ils lui apparaissent comme dans son imagerie religieuse... ils l'emmènent... .. Il se laisse faire.

M - "Où est-ce qu'ils vont l'emmener ?"

J - "Un peu à l'écart, ils vont s'occuper de lui, ils vont le caresser, le rassurer, lui dire des mots doux, tu sais, comme on m'a dit à moi, comme on m'a fait, avec plein de douceur, plein d'amour, plein de tendresse. On va le cajoler, le prendre dans les bras, lui expliquer bien tout : où il est, que c'est le Paradis, que c'est le Monde de Dieu, qu'il peut faire tout ce qu'il veut ; on va lui expliquer toutes les choses mais tout doucement, tu vois, pour bien lui laisser le temps de se remettre, on le carressera encore..."

----------------------

M - "Je voulais savoir si votre mode de vie relationnel était le même que pour nous. Viviez-vous en couple ? Fondiez-vous des familles comme les nôtres sur la Terre : un homme, une femme et des enfants, un couple monogamique ? Ou aviez-vous un autre mode de relation ?"

E.L. - " Nous avions un autre monde de relation... Cela va t'étonner... Tu penses que spontanément les hommes et les femmes se mettent en couples monogamiques et font des enfants qui leur appartiennent, n'est-ce pas ? eh bien, vois-tu, ce n'est pas tout à fait juste. Nous vivions en petits groupes que nous appelions familiaux, mais qui n'étaient pas les mêmes que les vôtres. Nous étions fréquemment deux, trois hommes pour deux, trois femmes : des rencontres fondées sur l'amitié, la fraternité : les frères, les soeurs, les amis se regroupaient de la sorte et nous vivions la plupart du temps de cette façon, dans des habitats plus vastes, afin que chacun ait sa place. "

M - "Mais dans ce groupe y avait-il autant de femmes que d'hommes et étaient-ce des couples fixes ou chacun s'unissait-il aux autres ?"

E.L. - "Tu veux parler de la sexualité... elle n'était pas monogamique. Nous n'étions pas très fidèles, si tu préfères, ou du moins nous n'étions pas fidèles à une femme, ni les femmes à un homme. Mais il y avait un certain ordre dans tout cela puisque nous n'allions pas à droite à gauche. Nous restions dans ce petit groupe fermé, familial mais chaque homme avait des relations avec toutes les femmes du groupe et chaque femme avec tous les hommes."

M - "N'y avait-il pas de jalousie ?"

E.L. - "Non, pas entre nous, puisque c'était institué comme cela : c'était normal. Non pas de jalousie. Il y en aurait eu, et il y en avait parfois, si l'un du groupe allait "voir" quelqu'un d'un autre groupe, allait voir ailleurs. Là, oui il pouvait y avoir des problèmes. Mais ordinairement, cela se passait très bien. Cela donnait une diversité, une variété dans les relations."

M - "Et les enfants ? Vous ne saviez donc pas ui était le père..."

E.L. - "Oh si. généralement nous le savions... par la ressemblance, l'atavisme, les gènes ressortent toujours un peu, surtout dans un groupe aussi restreint. Il n'y avait que peu de choix. Nous savions à peu près, à part de rares exceptions, qui étaient les pères. Mais, vois-tu, c'est tout le groupe qui élevait l'enfant. Il avait dans un premier temps une relation privilégiée avec sa mère biologique, sa mère nourricière. Pendant un an ou deux, elle était son lien privilégié puis, petit à petit, l'ensemble du groupe prenait l'enfant en charge et lui donnait l'amour, l'attention, les soins... Je crois, vois-tu, que cela donnait des enfants plus équilibrés car toujours entourés. Il y avait toujours un adulte disponible prêt à donner l'attention voulue, à lui donner des soins, à répondre à ses questions, à son attente, à son besoin d'attention. C'est pour cela aussi qu'il n'y avait pas de grands déséquilibres à l'âge adulte chez les hommes ou les femmes : pas de grands désordres psychiatriques comme on en voit chez vous, parce qu'il n'y avait pas de grands manques affectifs, relationnels. Et si un adulte décédait, comme cela peut arriver dans n'importe quel groupe, le groupe se resserait et les enfants n'en pâtissaient pas autant que lorsque cela se passe chez vous...... L'adolescence était considérée comme une période à part et importante. Nous donnions beaucoup d'importance à l'adolescent. Il était le futur adulte ; nous le formions à sa future responsabilité d'adulte... Nous aimions éduquer les enfants.... c'était une tâche respectée, considérée... Le métier de père ou mère de famille était considéré comme une tâche à part entière...

M - "Comment étaient vos maisons"

E.L. -"Nous les construisions comme vous, avec des murs, un sol, un toit... une cheminée pour le feu. En bois, en briques, nous avions tout un tas de matériaux comme vous mais les maisons étaient plus grandes. Nous avions des chambres individuelles ou pour couples. Nous échangions nos couples mais cela se faisait dans l'amour. il n'y avait pas de mauvais esprit comme cela peut l'être actuellement sur la Terre. Ce sujet est un sujet très grave, il ne doit pas être pris à la légère. L'amour entre les hommes et les femmes est quelque chose de beau et pur, nous le vivions comme cela et l'acte sexuel pour nous était pur et beau. Nous ne le souillions pas par des pensées perverses. Nous n'étions pas pervers... Je ne crois pas qu'il y ait eu de la perversion car, comme je te l'ai dit, les enfants étaient élevés sainement, avec de bonnes bases, des bases stables. Ils étaient sans peur puisqu'ils savaient que toujours il y aurait un adulte pour s'occuper d'eux. ils n'étaient jamais laissés à eux-même...."

----------------------

Nous arrivons sur le sol de cette autre partie du Royaume. Nous sommes revenus en silhouette humaine

J - "Tu vois, ici, on peut faire ce que l'on veut. On peut même, si on veut, recréer un paysage terrestre, une vie terrestre idéale, idyllique ! On peut recréer un morceau d'Eden si on veut, on peut recréer le paysage d'une autre planète ou d'un autre univers... On peut vraiment tout faire. Après, c'est uniquement une question d'imagination...... Tu peux même te donner la notion du temps... Tu peux vivre une vie, ici ! Comme tu la vivrais sur la Terre en faisant "comme si" tu y étais, mais c'est une vie que tu ne pourras pas vivre sur la Terre justement : une vie vraiment idéale, sans toutes les difficultés qu'il y a sur la Terre, une vie où il n'y a que du bonheur. Tu peux faire ça. Tu peux même y rester le temps que tu veux. J'imagine que tu peux même y rester tout le temps si tu veux, puisque c'est un endroit du Royaume. Et ici, on est là aussi pour jouir de la vie, vivre heureux...

----------------------

M - "est-ce que tu vas exaucer des prières de personnes de la Terre ?"

J - "Oui, des prières très importantes pour certaines personnes et ça demande un gros travail pour qu'elles puissent être exaucées. Je vais m'y mettre maintenant.

Je vois Joh qui s'installe devant l'écran géant sur la paroi du dôme. Il va se brancher sur la vie de ces personnes, pour modifier ce qui doit l'être, selon leurs prières...

----------------------

J - "Je me dis que rien de mal ne peut arriver. Il n'y a que le Bonheur qui est Réalité. puisque Dieu est l'Amour, la Perfection, qu'est-ce qu'on s'embête à se compliquer la vie ?"

M - "Mais alors pourquoi se la complique-t-on ? Qu-'est-ce qui fait qu'on crée du malheur et tout cela ?e

J - "Mais tu n'y es pas obligée."

M - "Joh, est-ce que la pensée crée vraiment ce qu'on veut ? est-ce qu'on peut vraiment créer sa réalité ? ici, bien sûr, dans le Royaume, je l'ai vu..."

J - "Dans le Royaume, tu fais ce que tu veux !"

M - "Mais quand même, Joh, sur la Terre, c'est différent, non ?"

J - "Sur la Terre, tu crois que c'est différent, en fait, ça ne l'est pas. Tu peux créer ta réalité si tu es dans la Sagesse divine, sinon tu subis la réalité que les autres te créent ou, si tu veux, chacun subit une certaine réalité."

M - "Derrière cette réalité-là, Joh, est-ce qu'il y a la Sagesse divine ? est-ce que les gens vivent (je te parle des gens ordinaires, normaux) ce qu'ils se sont créé ou est-ce qu'ils vivent ce que la Sagesse divine a créé pour eux ?"

J - "Je crois qu'ils vivent ce que la Sagesse divine a créé pour eux au départ, comme base de départ dans la vie, mais qu'après, durant leur vie, ils peuvent subir cette pseudo-réalité ou la créer différente, et là, c'est leur propre pouvoir de création qui joue."

M - "est-ce que tu veux dire que la façon de voir les choses crée un environnement x ou y ?"

J - "Ca entre beaucoup en ligne de compte. il y a toujours la Sagesse de Dieu derrière, je ne te dis pas le contraire mais les hommes ont une marge de manoeuvres qu'ils ignorent complètement. Ils ne sont pas conscients d'être dans un univers créatif ou chaque  chose peut créer... où la pensée crée...."

----------------------

M - "Je suis entrain de changer de plan de conscience, j'ai l'impression d'être.... une bouche qui parle.... et tout le reste de moi est devenu.... immense, je ne suis plus dans un corps, je suis comme des milliards de particules qui créent l'univers, en l'occurence, ici : qui créent le Royaume... Etre la Vie, sans séparation, sans cloisonnement : ni univers, ni Royaume mais le Tout, la Vie...."

J - "Ici, on peut se rejoindre complètement... Je suis UN avec toi... Ecoute ma voix, je peux te parler exactement comme tout à l'heure. Tu entends ma voix mais tu ne me vois pas parce que je n'ai pas une forme distincte, parce que la forme distincte c'est encore une séparation, une façon de séparer les choses....."

M - "Je ressens d'être indifférenciée, d'être la Vie... que Joh est là, dans ma conscience... Je ressens l'immobilité du temps : le non-temps... le non espace mais je ne ressens rien d'autre : ni Joie, ni Amour... Est-ce cela être Dieu ?.... Je change de plan.... je m'élève.... je croyais être au sommet du UN mais n'y étais pas...... Voilà.... je suis un point, un point de Lumière, incroyablement brillant comme..... La Lumière.... de tous les soleils. Et ce point irradie à l'infini..... dans tout l'espace..... Il ne peut rien y avoir d'autre que ce point.... Ce point est tout. Ce point est DIEU, la Lumière de la Vie......Je ressens.... qu'à l'intérieur de ce point, il y a tout : tous les univers, tout le Royaume, tout... Cette source est UNE, Source Une de tout..... Coeur de Dieu............ Je m'intériorise davantage dans ce point.... Je vois.... des milliards, milliards, milliards d'irradiations lumineuses qu'émet ce point, qu'irradie ce point dans toutes les directions !.... dans tout ce .... non espace ! En Réalité, c'est comme s'il fallait que j'entre dans ce point pour voir ces milliards.... d'irradiations lumineuses... Ce point est comme une porte sur l'immensité, sur l'infini !.... Tout est dans ce point.... De ce point, naissent tous les univers ; tout le Royaume est là !... Source......... Expérience transcendante ! Il n'y a pas de mots pour traduire ce que j'ai vu....C 'est fabuleux, fantastique de comprendre cela......"

----------------------

M - "J'ai l'impression d'être assise sur un nuage, je ne perçois pas grand chose, le temps que mes vibrations s'adaptent à ce lieu puis le paysage apparaît, magnifique, surréaliste, psychédélique. j'ai l'impression de voir un monde imaginaire fait de bulles de mille couleurs pastel légères, cristallines, qui flottent dans l'air sur un sol lui-même transparent, lumineux de mille tons très doux : des rosés, des orangés, des vert pâle, des bleus pâle, des mauves, des jaunes et d'autres encore qui n'ont pas de nom chez les humains....Ce Monde s'étend à perte de vue donnant une impression d'immensité, de calme, de paix....... Où suis-je ? J'imagine que c'est un Monde où je ne percevais que du désert les autres fois.... je suis dans le 4ème Monde, n'est-ce pas ? C'est merveilleux toutes ces bulles ! Mais.... que sont ces bulles ?"

J - "C'est pour la Beauté, pour le plaisir des yeux. Ca élève l'âme. la Beauté pure élève l'âme".

M - "Je comprends ; c'est vrai, on le sent.

J'ai l'impression qu'il y a des sons à l'intérieur des bulles : de petites notes cristallines s'égrènent lorsqu'on les touche en passant, comme les notes d'un carillon très pur.... Plus loin, j'aperçois des "constructions" c'est un mot qui paraît bien abrupt pour ce que je vois : ce sont des formes tellement fluides, douces, transparentes, légères... Je comprends que ce ne sont pas des habitats pour des humains. J'imagine qu'ils sont là pour des anges ou des "elfes", pour des êtres tout légers...... Joh s'amuse avec ces bulles, les pousse du pied, en envoie une dans un panier de basket imaginaire, créé dans la seconde par la pensée... Quel étrange Monde où la moindre pensée crée une image. Je me demande ce que cela produit lorsqu'on vit en groupe, parce que chacun a des pensées différentes et doit créer son propre environnement. Cela doit faire un drôle de mélange..."

----------------------

M - "Tu sais, j'ai l'impression de renaitre quand je suis là....... Qu'est-ce que tu fais, ces jours-ci, Joh, quand on ne se voit pas ? Est-ce que tu viens dans ces contrées-là ? dans cette Lumière ?"

J - "Je ne peux pas te dire... je suis.... dans l'Unité... Je suis en toi..."

M - "Es-tu dans la Lumière ?"

J - "Je vis la Lumière. Je suis Lumière."

M - "Ici, je ressens, JOh, ce que tu me dis, ce que ça doit être. Il n'y a besoin de rien ; on est : c'est tout. Il n'y a plus de temps ici... Il n'y a plus d'espace..... est-ce que tu ressens l'Amour ?"

J - "Tout ici EST Amour !"

M - "Quelques instants fugitifs, je perçois.... l'Amour infini, absolu qui EST, qui vibre, qu'EST cette Lumière... Je sens que mon coeur se dilate pour mieux le ressentir. Tout ici est Amour. C'est le règne de l'Amour, l'espace de l'Amour.... Je ne perçois plus physiquement Joh....

J - "Maman, je suis là.... Tu vois, c'est ça le véritable Amour. Quand on est là, il n'y a plus rien qui compte. On peut rester là une éternité, on est dans le bonheur, tu vois, on n'a pas envie de faire quelque chose ; on ressent, c'est tout.... La Lumière est vivante. L'Amour est vivant. C'est Dieu. Dieu et l'Amour, c'est la même chose. Ce ne sont pas deux mots différents.... Maman, la vraie vie est là ! C'est là que Dieu nous attend.... nous donne rendez-vous... .. Ici il n'y a plus de soucis. On ne se soucie pas des autres, parce qu'ici on sait qu'on n'a pas de souci à se faire, puisque c'est Dieu qui mène tout : toute chose, tout destin, toute vie... et qua la seule Réalité est là. Ailleurs, c'est un rêve de Dieu qui se déroule de mille manières différentes..... C'est rien, une illusion. A la fin, on se retrouve ici, dans tous les cas. A chaque fois, à la fin, on se retrouve ici, c'est ça qu'il faut voir. La vie sur Terre est éphémère. Tu prouves à Dieu que tu fais pour le mieux, que tu L'aimes du mieux possible et tout est bien. C'est tout ce que tu as à faire. Dans 3 battements de cils, tu vas te retrouver ici... Tu comprendras que ce que tu as vécu sur la Terre, ce n'était rien du tout. Comme lorsqu'on regarde des photos du passé...."

M - " Je regarde "l'être Joh"..... Je sais que je l'aime quelle que soit son apparence. Ici, les êtres que l'on aime, on les aime au-delà de toute apparence, qu'ils soient sphères, corps subtils, Lumière pure, feux follets.... ou ce "UN" à l'intérieur de soi. Ici, dans cet... espace, dans cette dimension, l'Amour est tout et partout. Il imprègne tout ce que nous sommes.... Ici, la seule signature distincte de l'être est sa voix !..............merci pour ce magnifique voyage, unique.......

----------------------

Nous marchons sur un sol de Lumière qui donne une sensation d'être élastiques... je ne sais si c'est le sol ou si ce sont nos corps qui sont élastiques. Nous allons dans cette Lumière d'or mais tout un paysage se découvre sous nos yeux... Je perçois des merveilles mais avec du mal, elles doivent être trop élevées.... des formes étranges et arrondies se dessinent ça et là, j'ignore si ce sont des habitats ou non.... Joh me tient par la main pour m'y conduire. Nous avançons, je dis cela mais c'est étrange ici, j'ai l'impression justement que l'on n'avance pas ; le paysage avance vers nous, défile, bouge mais je ressens une impression d'immobilité en ce qui concerne nos corps. Cela permet de mieux percevoir l'absence, en réalité, d'espace : l'immobilité absolue de tout : tout ce qui n'est pas 'illusion".  Nous "avançons" donc vers l'une de ces formes. En traversant la paroi je ressens une grande douceur comme si j'entrais dans de la mousse. Je traverse cette énergie... je ne vois rien, tou d'abord et ... oh surprise ! je suis revenue sur Terre, je ne perçois plus la présence de Joh....

M - "Ces formes sont-elles des portes qui mènent à la dimension terrestre ?"

J - "Maman, c'est exactement ça".

M - "Eh bien drôle d'expérience ! Mais ce n'est pas du tout cela que je voulais faire, je ne voulais pas revenir dans mon corps maintenant ! ...... Joh m'explique que si je peux le faire dans un sens, je peux le faire dans l'autre !... ...... Est-cequ'il suffit que je pense à ces petits habitats, enfin à ces formes ?".... C'est ce que je fais : je visualise que je repasse ce "mur" de mousse et je me retrouve dans le Monde divin, dans cette partie du Royaume que je viens de quitter. Mais où sommes-nous au fait ? Dans quel Plan ?"

J - "4ème Plan"

M - "Comment se fait-il que dans ce Plan où il n'y a que des êtres sortis définitivement d'incarnation et qui n'appartiennent donc pas à l'humanité, il y ait des portes pour arriver dans la dimension terrestre de notre Terre ? Comment est-ce possible ? ou plutôt... à quoi servent-elles ?"

J - "Ce ne sont pas des portes pour descendre sur Terre, c'est quelque chose.... qui a son utilité ici. Je vais t'expliquer... Tu as vu les crop-circle sur la Terre ? je te parle de ceux qui sont authentiques. Eh bien ce sont des êtres d'ici qui les font. Ce sont des gens sortis d'incarnation depuis très longtemps. Ils ont été incarnés sur d'autres planètes, mais il ne le sont plus. C'est pour cela qu'ils travaillent dans l'invisible, qu'ils ne sont pas vus dans des vaisseaux interplanétaires ni dans rien de perceptible. Ils travaillent à partir de ces portes... Très peu de peuples différents mais beaucoup d'êtres d'un même peuple. Un seul peuple les a fait presque tous, mais certains ont été faits par une équipe appartenant à deux ou trois autres peuples."

M - "Joh, est-ce qu'ils sont destinés à être compris, au niveau de leurs fonctions, ou est-ce que leur rôle est uniquement vibratoire ? Je ne sais pas comment exprimer cela..."

J - "Je vais traduire ta question..... Ils savaient très bien que les hommes n'allaient rien comprendre du tout au message. Ils savent très bien où en est l'humanité, ils savaient que ce ne serait pas une révolution. Ca n'empêche que cela a une bonne influence. Beaucoup de gens se posent des questions, s'ouvrent à de nouvelles éventualités et au niveau vibratoire les crop-circle émettent des tas de choses positives, très bonnes pour la Terre. ... Cette haute vibration purifie la Terre, c'est même comme cela que l'on reconnait un vrai agroglyphe d'un faux : d'un qui a été fait par les hommes. Dans ce dernier cas, la vibration n'y est pas... Leur fonction est multiple. Certains agissent pour la guérison, d'autres pour la paix, d'autres pour éveiller les hommes à la spiritualité. Mais je vais te dire que la plupart sont là uniquement pour purifier l'éther, l'éther, c'est l'air subtil, le purifier des énergies négatives que les hommes accumulent. Cela dégage une partie de la pollution psychique des hommes. Cela ne joue pas sur la pollution physique, je te le dis tout de suite mais sur les énergies négatives. Cela a une grande influence......Ils étudient les emplacements pour une plus grande efficacité. Selon les emplacements, la vibration va agir sur une surface plus grande. Ils les mettent sur certaines lignes terrestres. Si tu regardais tous les agroglyphes faits dans le monde, tu verrais que leur tracé correspond à des lignes particulières, à des dessins... qui sont reliés à des planètes, à des constellations... De cette façon, les agroglyphes sont reliés aux étoiles : cela les met en connexion et ils émettent en permanence.... Si vous les utilisez en conscience, vous pouvez faire bacuoup de choses : guérir, faire venir la paix, purifier vos énergies terrestres ; mais si vous ne les utilisez pas en conscience, si vous vous contentez de les regarder et de les laisser agir, simplement, ce sera moins rapide ; ils vont simplement purifier la négativité sur un temps très long, une centaine d'année....."

----------------------

J - "Il existe beaucoup d'aides dans l'invisible, la plupart du temps cela ne se voit pas mais, disons que là, il s'agit d'une aide qui se voit. Mais c'est très souvent que sont reçues des aides invisibles : toutes les prières qui se réalisent, qui sont exaucées, tu as bien vu, sont des aides invisibles. Des tas de miracles se font au quotidien, que les hommes ne remarquent pas toujours et qu font suite le plus souvent à leurs demandes, à leurs prières. Mais pas toujours. Des fois, c'est une protection, un "sauvetage"...."

 ----------------------

C'est ce jour que nous avons décidé Johany et moi, d'aller voir ma mère qui vient de décéder, dans le monde astral, là où elle est arrivée après sa mort. (Différents mondes s'offrent aux hommes après leur mort, selon le degré d'amour qu'ils ont su développer sur la Terre. Le monde astral s'ouvre aux personnes qui n'ont pas toujours su pardonner sur la Terre et sans avoir été méchantes n'ont pas été particulièrement aimantes).

J - "Tu sais, là aussi, on se crée le paysage que l'on souhaite, ce n'est pas là qu'est la différence. La différence se trouve au niveau des gens qui arrivent dans ce monde. Ce sont des gens qui n'ont pas su autant aimer quand ils étaient sur la Terre. A part ça, ici, ils sont tout aussi heureux que les gens du premier Monde dans le Royaume. Ils ont tout ce qui leur correspond, tout ce qu'ils souhaitent. Dans l'au-delà, les gens ont toujours tout ce qu'ils souhaitent (excepté ceux qui descendent plus bas évidemment : Joh fait allusion aux "contrées inférieures" appelées différemment selon les traditions, qui accueillent les méchantes gens : criminels, assassins...).... Si tu veux, on va se brancher sur ta mère pour aller la voir là où elle est, d'accord ? Nous, on peut voler ici, mais les gens d'ici ne le peuvent pas, ils sont comme sur la Terre, ils marchent....

 ----------------------

Nous nous sommes créé un paysage de déserts et de dunes pour nous parler. Là, nous sommes dans une cuvette de sable rose, entourés de dunes splendides de sable d'or rosé. Ce sable semble formé de minuscules perles fines. On a l'impression d'être dans un berceau de douceur. Quelle merveille ! ....... Je mets ma figure dedans..... Cela fait des petites caresses très douces sur le visage....Le sable est fin et chaud, je le fais couler sur moi comme on fait à la plage, en ne pensant à rien, pour le seul plaisir d'être là : trêve dans ma vie terrestre... Nous restons ainsi un grand moment à savourer la Beauté, la Douceur, la Perfection, le Bonheur d'être là. ......

M - "Joh, lorsque tu es dans le sixième Monde, dans la grande Coupole où l'on peut voir la Terre, tu peux regarder en arrière puisqu'il n'y a pas de temps, et donc tu peux regarder le moment où toi tu étais sur Terre, cela fait que toi, tu te regardes, n'est-ce pas ?"

J - "Exactement"

M- "Cela fait que moi, si cela se trouve, là, je suis entrain de me regarder, tu me suis ? Dans un moment futur, je serai au Royaume et je pourrais regarder ce moment où je suis sur Terre."

J - "Tu peux regarder tous les moments ! C'est pour ça que Dieu te dis que tu es en Lui : parce que là où il n'y a pas de temps.... , on avait déjà parlé de cela, tu n'es pas incarné, c'est comme si tu n'étais jamais incarné...."

Je dis à Joh que j'aime beaucoup la façon dont il se manifeste à moi sur la Terre en ce moment, en annonçant sa présence par un parfum aux effluves suaves près de mon visage. Avant il privilégiait un petit courant d'air sur ma joue mais je préfère le parfum..

J - "..... quand tu seras ici, tu pourras venir avec moi où que j'aille. On ira très souvent dans le sixième Monde, on ira exaucer des tas de prières, on travaillera ensemble, tu verras, ça sera super ! Je t'expliquerai comment on fait...."

Voyage astral avec ma mère (mère de Midaho) ........ j'explique à ma mère que je souhaitais lui demander si elle avait revu les êtres de Lumière et comment c'était passée la rencontre.

Mère de M - "Ecoute, c'était tout une histoire, toute une aventure. Ils m'ont emmené dans un endroit.... ca tient un peu d'un peu d'un bureau, d'une pièce où il y a des tas "d'appareils", on va dire "appareils" parce que je ne saurais pas t'expliquer. Ils m'ont dit que nous allions revoir toute ma vie depuis le départ : depuis l'âge de 5 ou 6 ans..... Il m'a montré des trucs que j'avais complètement oubliés .... Lorsqu'il s'était passé quelque chose de marquant, il arrêtait le "film", si l'on peut dire, et il m'expliquait ce qui aurait pu se passer si j'avais fait autrement, comment cela aurait pû être, ce que j'aurais pu faire de mieux la plupart du temps, et ce qu'il en aurait découlé. Là, il me montrait par rappor tà ce qui s'était passé, ce que j'avais fait et ce qui en découlait dans la vie d'autres personnes.... C'était intéressant, édifiant, pas toujours à mon honneur, je te dirais que j'en ai pris un peu pour mon grade. Je comprend qu'il me montrait ce que j'aurais pu faire de mieux...... Il s'arrêtait surtout sur ce qui n'avait pas été bien justement : toutes les fois où j'aurais pu faire quelque chose de mieux, dans votre éducation y compris. Il ne m'a pas épargné cela, ce n'était pas un très bon moment à passer, je te dirais. Cela n'a pas duré trop longtemps mais une bonne heure,tout de même. Apèrs deux-trois heures d'entretien, je me suis dit que je n'avais pas fait que des réussites dans ma vie. Alors écoute, il m'a expliqué après coup que ce n'était pas dramatique, que je n'étais pas un monstre, que j'avais fait comme tout le monde avec ce que j'étais. Il m'a dit que je pouvais faire mieux la prochaine fois, en fait, c'est exactement cela son expression : faire mieux la prochaine fois", ...... Il m'a donc expliqué que je me réincarnerai, puisqu'il faut bien appeler cela comme ça dans un enfant et je recommencerai une autre vie. Cette fois, j'espère que cela sera plus en adéquation avec ce que l'on attend de moi.........Ecoute, ils ne m'ont pas dit qu'ils allaient me pousser dehors avec un coup de pied dans les fesses. ... Je pense que lorsque ce sera le moment, ils vont me suggérer plusieurs choix : d'aller revivre à tel endroit ou à tel autre. J'espère quand même que je pourrai choisir une contrée civilisée, accueillante. Moi j'aime bien la France. Je pense que c'est au niveau du temps qu'on a le choix. Ils ne m'ont pas parlé d'échéance précise. Ils ne m'ont pas dit que ce serait dans tant d'années, dans trente ans, ou à telle époque sur la Terre,.... Ils m'ont dit que je pouvais rester là l'espace d'une vie, 50, 60, 70 puis que l'on verrait où trouver un endroit accueillant.Là, m'ont-ils dit, tu pourras nous montrer ce que tu sais faire de bien. C'était gentil de leur part......

M - "Avez-vous discuté ? As-tu appris des choses ?"

Mère de M. - Nous avons discuté de ma vie, de ce que j'en avais fait avec les moyens que j'avais. Ils m'ont dit ce qu'ils en pensaient, là où j'aurais pu faire mieux et puis.... là où c'était difficile vu les circonstances, mais ils étaient très compréhensifs; j'avais l'impression qu'ils pouvaient comprendre n'importe quoi, que l'on pouvait parler de n'importe quoi, qu'ils étaient ouverts à tout ce que l'on pouvait leur dire, et c'est quand même très agréable de sentir que tu as en face de toi des gens intelligents, ouverts.... qui t'écoutent, qui écoutent tes arguments......... Ils arrêtaient toujours le "film" de ma vie aux endroits où je n'avais pas été forcément une "peau de vache" mais où j'aurais pu faire mieux. Alors oui, on peut résumer cela à des moments d'amour ou de "moins d'amour" ou de "pas d'amour". Ce qu'ils regardaient, c'est si j'avais été bonne ou pas. ........."

M - "Oui je comprends, c'est intéressant. Et après, comment cela s'est-il fini ?"

Mère de M - "Ils m'ont dit qu'ils n'allaient pas m'embêter avec tout cela, qu'ici c'était le règne de l'amour, de la vie facile, des enfants de Dieu, de la liberté et qu'ils me laissaient libre de profiter de ce que Dieu mettait à notre disposition..... Il m'a dit "c'est comme dans le jardin d'Eden excepté qu'ici tu vois, tu n'as pas de fruit défendu, tout est permis".... Il m'a dit cela avec Amour, il était très gentil. Ils étaient deux, l'un surtout parlait, l'autre rajoutait une petite phrase de temps en temps. Ils m'ont dit qu'ils venaient de plus haut, je ne sais pas d'où mais je suppose que c'est comme vous : qu'ils viennent du même endroit que celui d'où vous venez........"