Témoins de la vie après la vie

 

 

 

ENQUETE SUR LES EXPERIENCES DE MORT PARTAGEE

http://ecx.images-amazon.com/images/I/411e5MwG2%2BL.jpg

Dans Témoins de la vie après la vie, Raymond Moody rapporte des dizaines de cas semblables et explique son cheminement. D’abord décontenancé par ces expériences, il se contente de collecter les témoignages et ne sait que répondre aux questions qu’on lui pose à ce sujet. Puis, un jour de mai 1994, voilà qu’il vit lui-même l’expérience en accompagnant sa propre mère, chez qui on a décelé deux semaines plus tôt un cancer du sang extrêmement grave. Il se trouve à son chevet avec plusieurs membres de sa famille. Soudain, quatre d’entre eux perçoivent un changement dans la lumière et la forme de la pièce, puis se sentent soulevés, et sa sœur a même une vision de leur défunt père à la tête du lit. En fait, ses deux sœurs et l’un de ses beaux-frères vivent l’expérience avec de subtiles nuances, alors que les deux autres personnes présentes ne perçoivent rien de particulier.

À partir de ce moment, le Dr Moody sait que ces expériences de mort partagée sont plus importantes encore que les NDE proprement dites

Un site où il cite le nom dans son livre où il y a des témoignages. C'est en anglais mais google fait la traduction :

http://www.nderf.org/

 

Je viens donc de terminer ce livre et je vous fais partager quelques passages.

"Dans l'expérience de mort partagée, les choses se passent différemment d'une simple NDE. Le sujet n'est pas entrain de mourrir et il voit défiler la vie de quelqu'un d'autre.

Voici des témoignages qui décrivent bien la situation :

"Je me tenais devant ce qui ressemblait à un vaste écran avec mon mari qui venait de mourir et nous regardions sa vie se dérouler sous nos yeux. Certaines des choses que j'ai vues, je les ignorais complètement jusqu'alors."

"Mon fils avait 15 ans quand il est mort des suites d'un diabète, et j'étais dans la chambre avec lui. Je lui tenais la main et au moment de sa mort, j'ai senti la force de vie surgir de son corps, un peu comme un courant électrique, ou plutôt une vibration. La forme de la pièce a aussitôt changé et à la place d'une chambre d'hôpital, j'ai vu un champ de lumière, une lumière intense, mille fois plus brillante que ce qu'on peut imaginer quand on ne l'a pas vue de ses propres yeux. A la place de la chambre et du matériel médical est apparue la vision de tout ce que mon fils avait fait au cours de sa brève existence. Et, il était là, un sourire de joie aux lèvres. Je sais que cela peut paraître inconcevable, mais j'avais beau être triste de le perdre, je ressentais la joie de sa libération ; il échappait à l'inconfort permanent et aux inquiétudes du diabète.  C'était son heure, voilà comment je peux donner une idée de ce que je comprenais à ce moment-là. J'ai vu le Christ descendre en piqué et le sortir de son corps. Je vous assure que c'est vrai. J'ai vu mon fils quitter son corps et entrer dans cette lumière intense et claire où nous nous tenions, entourés par des scènes de sa vie,précises jusqu'aux moindres détails. J'ai vu beaucoup de choses oubliées depuis longtemps et aussi beaucoup de choses totalement inconnues. Je l'ai vu seul dans sa chambre en train de jouer avec ses jouets ou de parler au téléphone avec ses copains un peu plus tard.  La Lumière qui nous entourait et illuminait sa vie, c'était le Christ, ça, le je sais.. Mais en ce qui me concerne, je n'avais pas le sentiment que le Christ accordait de l'importance au fait d'être appelé par ce nom-là ou pas, ce qui comptait pour lui, c'est que nous connaissions l'amour qui était là, l'amour qui nous remplit tous, même si nous n'en sommes pas conscients. On pourrait dire que les scènes de sa vie était des flashes ou même des décharges électriques, absolument indescriptibles. "

"Le jour où ma mère est morte, mes deux frères, ma soeur, ma belle soeur et moi étions tous dans sa chambre. Ma mère n'avait plus dit un mot depuis plusieurs heures et sa respiration était irrégulière. Aucun d'entre nous n'était vraiment bouleversé parce que maman déclinait depuis longtemps et nous savions que c'était la fin. Soudain, une brillante lumière est apparue dans la chambre. Dans un premier temps, j'ai pensé qu'il s'agissait des phares d'une voiture qui se reflétaient sur la vitre de la fenêtre. Mais, même sur le moment, je n'y croyais pas, parce que ça ne ressemblait à aucun type de lumière connu sur cette terre. J'ai poussé ma soeur du coude pour savoir si elle aussi l'avait vue, et quand je l'ai regardée, ses yeux étaient grands comme des soucoupes. Au même moment, j'ai vu que mon frère avait littéralement le souffle coupé. Tout le monde avait vu cette lumière et pendant un court instant, nous avons eu peur. Et puis ma mère a expiré, etnous avons tous poussé un grand soupir de soulagement. C'est alors que nous avons vu des lueurs très brillantes qui ont semblé se regrouper pour s'assembler en forme de... je ne sais comment dire... une sorte de portail. Ces lueurs ressemblaient vaguement à des nuages, mais ce n'est qu'une comparaison. Nous avons vu notre mère s'élever hors de son corps et franchir ce portail. D'ailleurs, le fait de se trouver près de ce portail procurait un sentiment de joie absolue. Mon frère a dit que c'était un concert de sentiments joyeux, et ma soeur a entendu une belle musique, que personne d'autre pourtant n'a pu percevoir".

Deux soeurs étaient au chevet de leur mère qui mourait d'un cancer du poumon. Au moment où sa respiration se faisait laborieuse, la pièce a commencé à s'illuminer", dit l'une des soeurs. Et puis, poursuivent-elles toutes les deux, la pièce s'est mise à tournoyer, vite au début puis plus lentement, avant de s'arrêter. Alors les deux femmes se sont retrouvées face à leur mère qui paraissait des dizaines d'années plus jeune. Ensemble, elles ont alors été immergées dans le film de la vie de leur mère, pleine de scènes qu'elles avaient vécues et d'autres non. Elles ont vu son premier amoureux et ont senti leur coeur se briser au moment de sa séparation avec lui. Elles ont aperçu de petites choses qui avaient beaucoup compté pour leur mère, comme les fois où elle avait aidé des enfants pauvres de leur école sans le dire à personne. Elles ont découvert aussi les sentiments qu'elle éprouvait pour le veuf qui vivait dans sa rue, et combien elle aurait souhaité entamer une conversation avec lui. Tout ce que nous voyions était si réel que nous pensions être mortes nous aussi. Pendant des mois, c'est resté impossible à croire, et puis nous avons fini par l'accepter.

 

Beaucoup de témoignages poignants dans ce livre. En fin de ce livre, il y a un chapitre consacré aux questions que le Dr Raymond Moody a eu lors de ses conférences , comme par exemple :"les expériences de mort partagée nous apprennent-elles plus de choses sur l'après vie que les expériences de mort imminente ? Faut-il pratiquer une religion pour vivre ce type d'expérience ?  Après une expérience de mort partagée, les gens continuent-ils à communiquer avec les morts ? Etc.....

Voila donc un aperçu de ce livre que je vous conseille vivement