Contes spirituels

 


Résumé 

Dans l'introduction de cette oeuvre, Frère X nous invite à la lecture de ses Contes spirituels en ces termes :
"Assieds-toi un moment....
Les histoires simples et pleines d'humilité, que je te propose, m'ont été rapportées par quelques voyageurs.Découvre-les, ce sont les nôtres. Elles portent le sourire de ceux qui enseignent au temple de l'amour, et les larmes de tant d'autres qui apprennent à l'école de la souffrance.....
toutes te diront que la vie s'épanouit au-delà de la mort......

C'est dans son style si apprécié de reporter de l'au-delà que l'auteur spirituel nous présente 40 contes à travers ces pages apparemment simplistes, mais qui renferment, néanmoins, une grande sagesse.


voici 3 contes tirés

 

Justice Céleste

Quatre ouvriers célibataires ayant presque tous le même âge se présentèrent au tribunal de justice divine après avoir quitté leur corps physique de manière spectaculaire. Sur la terre, ils étaient considérés comme ayant tous les mêmes caractéristiques. Vu que les individus vaincus par la mort étaient des personnalités renommés, on leur rendit hommage tant au niveau social que domestique. Cependant, une fois qu'ils furent dans le monde spirituel, il s'avéra qu'ils étaient bien différents les uns des autres. Ils durent donc passer par différents examens et évaluations. Chacun d'eux révélait une aura particulière. Ils furent alors conduits devant le juge pour être attentivement examinés pendant quelques jours. Conformément au droit universel, le magistrat les invite l'un après l'autre à présenter leur point de vue devant une grande assemblée d'intéressés.

D'une voie pleine de bonté, le juge compatissant dit au premier qui était plongé dans une atmosphère grisâtre, entouré d'ombre :

- A tes notes, il apparait que tu as assumé de lourds compromis. Apparemment, tu as utilisé ta capacité de travail à des fins inavouables. des veuves et des orphelins gardent le triste souvenir de ton influence et pleurent sur la terre.

Quand l'interpellé lui demandé quel avenir l'attendait, amicalement et sans la moindre affectation, l'arbitre lui conseillé :

- Retourne vivre là où tu as vécu et reprends ton combat de rédemption en aidant ceux à qui tu as porté préjudice à retrouver leur équilibre, tu dois leur rendre la paix et la confiance.

Il s'approcha du second qui s'agitait en proie à d'angoissantes vibrations. Celui-ci l'entendit lui faire les considérations suivantes :

Les notes qui te concernent révèlent que tu as lésé l'entreprise où tu travaillais. Tu t'es approprié des avantages et des gains qui ne relevaient pas de tes efforts.

Percevant les questions qu'il se posait mentalement, il ajouta :

- Retourne au sein de ton environnement professionnel, prends soin des compagnons et des machines dont tu as fait un mauvais usage. Pour te racheter, il est indispensable que tu leur consacres quelques milliers
d'heures d'assistance.


Au troisième, qui s'approcha, dont l'aspect extérieur était différent des deux autres, le juge généreux lui dit :

- Les informations concernant ton séjour sur la planète terrestre révèlent que tu as fait preuve d'une correction louable dans ta façon de procéder. Tu ne profitas pas des possibilités qui t'étaient offertes dans tes activités pour porter préjudice à tes semblables, tu ne trahis pas tes obligations et tu ne reçus du monde que ce qui t'était dû. Ta conscience est quitte avec la loi. tu peux donc choisir un nouveau type d'expérience, toujours sur la terre, bien sûr, où tu as besoin de suivre
le cours de ta sublimation.


Puis apparut le dernier. il était entouré d'une belle lumière. Des lueurs d'un bleu lumineux l'enveloppaient complètement, il rayonnait de bonheur et d'éclat dans toutes les directions.

A sa vue, le juge s'inclina et lui fit :

- Mon ami, les fruits que tu récoltes te confèrent l'élévation. des tâches plus nobles t'attendent à présent.

Presque soucieux de cacher la lumière qu'il émettait, l'humble travailleur, soutenu par de vieux amis qui l'entouraient, s'éloigna en retenant des larmes de joie et de gratitude. Pour répondre aux questions de ses collègues froissés qui ne voyaient en lui qu'un simple travailleur, le juge leur expliqua avec persuasion et bonté :

-Le frère promu est un héros anonyme. Il n'a jamais été la cause du moindre préjudice pour quiconque, il a toujours respecté l'entreprise qu'il honorait de sa collaboration et ne s'en tint pas à réaliser correctement ses tâches grâce auxquelles il gagnait son pain quotidien, il se sacrifiait pour le bien de tous. Il sut être délicat dans les
situations les plus difficiles, supporter l'humeur désagréable de ses collègues avec bonté et compréhension. Il inspira confiance, adressait des encouragements et suscitait l'enthousiasme autour de lui. Il souriait et aidait toujours. Des centaines de coeurs le suivirent dans l'au-delà pour lui offrir leurs prières, leurs bénédictions et exprimer
leur joie.

La loi divine ne se trompe jamais.
Puis comme le jugement s'était déroulé de manière satisfaisante, le tribunal de justice céleste leva la séance.

http://r13.imgfast.net/users/1312/32/92/78/smiles/576941.gif


"Moi" contre "Moi"

Quand l'homme, encore jeune, voulut commettre sa première folie, le bon sens s'en approcha et lui fit observer:
-Retiens-toi ! Pourquoi t'abandonnes-tu ainsi au mal ?

Fièrement, l'interpellé lui répondit :
-Parce que je le veux.

Plus tard, devenu prodigue, alors qu'il adoptait l'extravagance et la fantaisie comme règle de conduite, la pondération lui apparut pour le conseiller :

-Arrête ! Pourquoi fais-tu des dépenses aussi insensées ?

En guise de réponse, il lui fit avec impertinence :

- Je peux me le permettre.

Encore plus tard, lorsqu’il utilisa les autres pour servir sa démence, il reçut la visite de l'humilité qui le supplia miséricordieusement :

- Réfléchis bien ! Pourquoi n'as-tu pas pitié des plus faibles et des plus ignorants ?

Mais le malheureux lui répliqua sur un ton colérique

- C'est moi qui commande.

Comme il dilapidait inutilement d'immenses ressources alors qu'il aurait pu faire le bien autour de lui, l'amour s'approcha et lui dit :

- Change ! Sois charitable ! Comment peux-tu retenir le courant des opportunités sans secourir ceux qui sont dans le besoin ?

Alors le misérable lui fit :

- C'est moi qui donne les ordres.

A l'heure où il commit des actions condamnables qui le menèrent au pilori de la désapprobation publique, la justice s'approcha et lui recommanda :
- Ne continue pas ! Cela ne te fait-il pas mal de blesser tant de gens ?

Mais d'une voix implacable, il lui fit :

-Je l'exige.

De sorte que c'est ainsi que l'homme vécut. Tout en se prenant pour le centre de l'univers, il se plaignait, opprimait et dominait sans entendre les suggestions des vertus qui illuminent la terre, jusqu'à ce qu'un jour, la mort vint le chercher et le força à abandonner son corps physique.

Le malheureux, qui comprit alors toute la gravité de cet instant, se prosterna devant elle et lui fit :

- Mort, pourquoi viens-tu me chercher ?

- Parce que je le veux, dit-elle

- Pourquoi m'obliges-tu à t'accepter ? gémit-il tristement.

- Parce que je le peux, lui rétorquer la visiteuse.

- Comment peux-tu m'attaquer de la sorte ?

- C'est moi qui commande.

- De quels pouvoirs disposes-tu ?

-J'ordonne.

- Je me défendrai contre toi, s'écria l'homme désespéré, je te combattrai et je te maudirai !...

Mais la mort eut un sourire imperturbable et affirma :

-Je l'exige.

Ce fut ainsi que dans sa lutte du "moi" contre son "moi", elle le reconduisit vers la vérité pour apprendre de plus grandes leçons

http://r13.imgfast.net/users/1312/32/92/78/smiles/576941.gif

Le Chasseur providentiel

Alors que nous parlions de la souffrance, l'orienteur hindou qui nous accompagnait nous raconta une histoire infantile :

-Quand l'ange de la libération descendit du paradis pour venir en ce monde, il se posa sur une colline verdoyante à une courte distance de la mer.

Un merle s'en approcha, puis un vautour, une tortue et un papillon.

Il se dit que ce devait être l'assemblée dont il pouvait disposer pour la révélation qu'il avait à transmettre. Le pèlerin illuminé se mit donc à louer les vertus du Ciel en les invitant à la vie supérieure.

Ce fut avec des phrases convaincantes pour les hisser au comble de la lumière qu'il expliqua au merle qu'il se transformerait en pigeon blanc, que le vautour serait métamorphosé en oiseau céleste, que la tortue recevrait une nouvelle forme, douce et légère, qui lui mermettrait de glisser dans l'immensité bleue et que le papillon deviendrait une étoile lumineuse...

Les auditeurs entendirent ces promesses avec émotion, mais dès que le silence régna à nouveau, le merle fit l'allégation suivante :

- Bon ange, excuse-moi, mais un nid m'attend dans les bois... Mes petits ne comprendraient pas mon absence...

Et il s'éloigna empressé.

Le vautour lui confessa sur un ton énigmatique :

- Votre description du plan divin est émouvante, mais mes intérêts m'attendent. Je dois m'envoler...

Et il s'éloigna en battant des ailes pour chasser sa prochaine proie.

Lentement, la tortue s'avança et lui fit :

- Je voudrais bien vous suivre et abandonner la prison sous laquelle je me traîne, mais je dois m'occuper de mes oeufs sur la plage...

Et elle retourna paisiblement à son habitat.

A son tour, le papillon s'approcha du prêcheur de bonne volonté et lui fit délicatement :

- Je suis désolé, je ne peux partir avec vous. J'habite dans un tronc fleuri et mes parents ne s'expliqueraient pas ma fuite.

Et il s'en retourna dans les bois.

L'ange qui ne pouvait les forcer reprit sa route tout seul...

Mais dès qu'il eut fait quelques mètres pour rentrer chez lui, le papillon se trouva face à un habile chasseur qui voulut immédiatement l'attraper pour la beauté de ses ailes lumineuses.

Après avoir longuement résisté, il s'efforça d'atteindre l'arbre où il résidait. Mais dans sa course, il vit mourir quelques-uns de ses proches qui se reposaient. En larmes, il chercha à se réfugier dans une vieille caverne où il fut facilement délogé par son implacable persécuteur. Ensuite, il essaya vainement de se cacher entre de vieux bateaux échoués sur le sable... Rien à faire, l'homme tenace était astucieux et savait contourner tous ses efforts pour se défendre en lui tendant des pièges de plus en plus dangereux.

A l'instant où il se senti faiblir, le papillon se souvint de l'ange de la libération et s'élança aussitôt à sa  rencontre.

Tout content, le messager divin l'accueillit, il lui offrit ses bras protecteurs pour garantir son salut.

Le narrateur fit une courte pause et déclara :

- Dans nos expériences quotidiennes, la souffrance est comme un chasseur providentiel. Sans elle, l'humanité ne ferait pas l'effort de la rénovation et du progrès. Celui qui s'accommode des plans inférieurs arrive difficilement à découvrir la vie supérieure sans le concours de la douleur. Sachons donc tolérer l'affliction et profiter d'elle. Quand la créature est angoissée et perd l'équilibre, comme le papillon, elle doit apprendre à recevoir sur la terre le secours qui lui vient du ciel.

Le sage mentor se tut, et aucun de nous n'eut de commentaire à faire sur ce bel apologue qui nous laissait tous pensifs.