La pomme

 

Tu sais, je n'ai pas eu beaucoup d'amants
J'avais envie d'aimer vraiment
Je guettais une voile

Et je croyais qu'il existait
Celui qui saurait m'emmener
Dans les étoiles

Des princes charmants sont venus
Ils ont caressé ma peau nue
En disant que "peut-être"

Mais au jour, ils se souvenaient
Qu'une autre princesse attendait
A sa fenêtre

S'ils ne m'ont pas prise avec eux
Si je n'ai servi qu'à leurs jeux
Dieu leur pardonne

Au fonds, ils m'ont volé si peu
Rien qu'un sosie de moi que je
Leur abandonne

Mais, toi, comment voudrais-je te garder
Quand je n'aurais à partager 
Que ma tristesse

Même si j'ai l'impression parfois
Que par-delà ma peau, c'est moi
Que tu caresses

Même si je vois dans tes yeux
Des horizons plus merveilleux
Que leurs désirs

Même si j'entends dans ta voix
Que c'est moi qui pourrais parfois
Te faire souffrir

Alors, avant que le jour
Ne vole a la nuit son velours
Dieu me pardonne

Je t'aurai donné mon amour
Toi qui ne voulait qu'un bonjour
....... et une pomme.

David Zbirou