4 phases déterminantes et incontournables

 

Le lâcher-prise promet un mieux-être,
mais franchement,
est-ce vraiment une méthode efficace et libératrice ?

Oui, c’est une méthode réellement efficace,
qui libère et soulage les blessures.

Voyons ensemble comment procéder.

 

Les points importants du lâcher-prise

  • Lâcher-prise ne signifie pas : minimiser les événements. Ils ont eu lieu avec leur degré d’importance et de souffrance
  • On ne peut pas tout comprendre, et comprendre tout le monde :
    • si surprenantes soient les réactions des autres, nous ne pouvons pas les changer (les autres ne sont pas comme nous et ne réagissent pas comme nous)
  • Ce n’est pas parce qu’un événement a eu lieu qu’il va systématiquement se reproduire, ou qu’il va vous faire mal à nouveau.
    • Vous êtes tombé plusieurs fois avant de savoir marcher, et vous vous êtes relevé à chaque fois, vous avez persévéré.
    • Vous avez fait brûler une tarte dans le four, mais la prochaine fois, votre tarte sera un vrai régal !
    • Bien que vous puissiez connaitre des désagréments, vous avez une valeur ;  vous avez des qualités et des défauts, et vous pouvez faire des erreurs.
  • En ruminant le passé douloureux, vous réactivez les blessures.
    • C’est comme si vous aviez une plaie, et qu’au lieu de la soigner, de la désinfecter, de changer le pansement jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement guérie, vous la laissiez s’infecter et souffriez sans rien faire, en vous tordant de douleur.
    • En pensant trop souvent au passé douloureux, vous lui donnez le pouvoir de vous déranger dans votre présent, et de vous faire souffrir.
  • Dans la situation que vous avez vécue ou que vous allez vivre, vous avez votre part de responsabilité, même si cela ne saute pas aux yeux.
  • Dans chaque situation vécue, se trouve un cadeau. Autrement dit, quelque chose à découvrir, à apprendre, un moyen de grandir, de vous découvrir et d’aller de l’avant. J’admets que parfois le cadeau est si bien caché et si bien emballé, qu’on ne le découvre pas facilement, mais ça vaut la peine de le chercher. Vous pourriez être surpris !

 

Et si vous deviez lâcher prise, que lâcheriez-vous tout de suite ?

Lâcher tout ce qui vous encombre ?

Tout ce qui entrave la bonne circulation de vos énergies vitales ?

Ou encore tout ce qui bloque la concrétisation de vos désirs ou objectifs ?

 

Il est parfois difficile de lâcher quelque chose qui a existé ; parce que certains événements vous ont tellement meurtris qu’ils laissent une blessure en vous, qui fait mal. Le temps peut en apaiser certaines, mais d’autres restent terriblement vives.

Vous voudriez alors que ces situations n’aient jamais eu lieu, car bien souvent vous ne les avez pas comprises, et vous êtes si meurtri que vous réactivez ces blessures pour un oui, pour un non, sans savoir comment les guérir. Et ce n’est pas en mettant un mouchoir dessus que les choses vont s’arranger. Alors comment faire ? En lâchant prise ? Mais lâcher quoi ?

  • une situation désagréable, passée ou future,
  • une personne au comportement blessant,
  • une appréhension,
  • un projet préoccupant.

 

Dans tous les cas, en vous concentrant sur ce qui vous dérange, vous y donnez beaucoup trop d’importance, et le phénomène s’amplifie. Vous devenez en quelque sorte, prisonnier de ce à quoi vous vous agrippez.

En lâchant prise, c’est tout le contraire qui se produit !

Vous vous détachez de ce qui vous perturbe. 
C’est comme si vous pouviez enfin avancer librement, 
en abandonnant les pensées néfastes et les sentiments négatifs.

Prenons un exemple. Vous êtes célibataire, et souhaitez rencontrer l’âme sœur. En vous concentrant sur le fait que vous êtes seul(e), vous amplifiez le phénomène. Vous pouvez ainsi penser que personne ne vous invite, que vous vous ennuyez, que vous resterez seul(e) toute votre vie, ou encore que vous n’osez pas faire une balade dans les bois, parce que tout(e) seul(e), ça n’a vraiment pas de sens. En vous concentrant ainsi sur votre célibat, vous le solidifiez comme du béton. Alors, vous pourriez très certainement utiliser la loi d’attraction pour rencontrer l’âme seule, et puis surtout lâcher prise pour laisser venir à vous la personne idéale.

 

Et si le lâcher-prise vous donnait le sourire ?

http://www.ressourcesetharmonie.fr/wp-content/uploads/2013/09/beautiful-71493_640-300x199.jpg

S’il n’est pas possible de changer les événements passés, de changer les autres et leurs réactions (si bizarres soient-elles), il est par contre possible de changer votre façon de les percevoir.

Le lâcher prise ne veut pas dire que vous devez vous détacher de tout, et ne plus avoir de sentiments, bien au contraire. En lâchant prise, vous prenez conscience de vous-même, de vos émotions, de votre état intérieur, et des risques que comporte votre vision négative (face à ce qui nous entoure). Vous n’êtes plus ligoté à des choses qui vous empêchent de vivre le présent.

Imaginez un bateau qui tente de quitter le port, mais qui fait du sur-place. Il lui suffit de larguer les amarres pour avancer ! Il en est de même lorsque vous lâchez prise, vous décidez de retirer les cordages qui vous relient à votre problème.

 

Le lâcher prise, en quelques mots

Comment lâcher prise ? C’est simple et en même temps difficile.
La difficulté est à la hauteur des résistances et de l’ancrage des blessures.

  • D’abord soyez :
    • à l’écoute de vos émotions (face à ce qui vous arrive ou ce que vous envisagez),
    • et de vos réactions (celles qui donnent du poids à vos malaises).
  • Puis, soyez conscient que :
    • l’acharnement ne sert à rien
    • et que vous ne pouvez pas changer les autres ou les événements.
  • Et, décidez d’accepter :
    • vos limites,
    • votre passé,
    • votre vie dans le présent,
    • les autres et leur différence.
    • Il faut laisser aller en quelque sorte !
  • Enfin, il est primordial pour vous :
    • de prendre du recul, beaucoup de recul,
      • comme si vous étiez confortablement installé dans un fauteuil, spectateur de ce qui vous arrive.
      • La vision est alors complétement différente. Vous prenez conscience de la perte d’énergie et de bien-être que représente vos réactions et vos jugements amplifiés par votre orgueil, votre rancune ou tout autre sentiment de défense !
    • d’accepter la vie,
    • de se détendre,
    • et de relâcher la pression.

 

Les 4 phases incontournables du lâcher-prise


1-Prendre conscience de ce qui vous fait souffrir ou vous fait tourner en rond.

eye-15699_640

 

Pas de doute : si vous avez l’impression d’être englué dans une situation qui végète, ou si vous souffrez d’un événement passé,
il est urgent de lâcher-prise.

En prenant conscience des choses, vous vous placez alors en observateur.

 

Comment faire ?

1) prenez conscience des faits

Comme un spectateur, retracez l’histoire qui vous dérange, sans jugement. Mettez donc à plat les différents éléments : les faits, les pensées qui circulent en boucle dans votre tête et les émotions qu’engendrent ces faits. (le mieux est d’écrire, mais vous pouvez le faire mentalement)

2) prenez conscience de votre souffrance

Vous voici alors au cœur de votre souffrance, celle à laquelle vous êtes attachée, mais qui ne fait pas partie de vous (c’est juste une émotion qui fait mal). Cette souffrance a décidé de s’installer en vous. La chose la plus importante maintenant, est de réussir, non pas à corriger les événements extérieurs, mais à transformer votre monde intérieur.

3) prenez conscience de vos réactions… passées

En cherchant à blâmer les circonstances extérieures, à trouver des coupables à votre souffrance, vous restez en contact avec elle. Mais la souffrance n’est pas causée par les gens ou les situations mais par vos propres réactions, si bien qu’il vous est possible de ressentir encore de la colère ou de la tristesse des années après un événement, pourtant cet événement n’est plus présent dans votre vie, il appartient au passé.

Pourquoi souffrir alors autant ?
Parce que vous êtes encore attaché à la situation, 
aux émotions, et aux blessures que vous avez en vous.

Prenez donc conscience de cette situation, des émotions qu’elle génère en vous, avant de passer à la 2eme phase.

 

2-Décider d’abandonner ce qui vous dérange

http://www.ressourcesetharmonie.fr/wp-content/uploads/2013/09/adult-18792_640-150x150.jpg

 

Cette étape peut paraître difficile, mais tout dépend de ce qui vous dérange, et de votre degré de souffrance. Parfois, il sera nécessaire de recommencer, tellement la plaie est profonde. Mais ça vaut le coup d’essayer, et de constater les bénéfices. Et d’ailleurs, ça ne coûte rien d’essayer !

 

Comment faire ?

1) soyez à l’écoute de votre souffrance

Votre souffrance, vous dira vraisemblablement que : « vous ne méritez pas l’épreuve que vous traversez », ou que « c’est trop injuste ». Mais tout au fond de votre cœur, demandez-vous ce que vous avez à comprendre de cette épreuve, pourquoi vous souffrez de cette situation, qu’est-ce qui, en vous, décide d’être blessé, comment la peur pourrait vous guider efficacement, ou encore qu’est-ce que vous voulez vraiment tout au fond de vous ?

2) décidez d’abandonner ce qui entrave votre bien-être

Une fois que vous avez compris ce qui vous fait mal, vous pouvez vous en séparer, comme d’un vêtement déchiré que vous décidez de jeter, parce qu’il vous est impossible de le porter.

Concrètement, comment je fais ?

  • Lors d’une méditation, pour abandonner ce qui vous dérange, utilisez la visualisation :
    • l’image du bouton buzzer qui évacue ce qui vous dérange par une trappe (et la trappe se referme)
    • l’image de la poubelle : vous jetez l’émotion, ce qui vous a fait souffrir (et vous refermez la poubelle)
  • ou Lors d’une méditation, utilisez la force de votre esprit :
    • en disant à votre mental que :
      • vous êtes prêt à abandonner vos peurs et vos souffrances, qui font blocages,
      • vous décidez d’être en harmonie, en paix, et en sécurité avec la vie.

3) décidez d’abandonner l’importance des événements

En vous plaçant comme spectateur de ce qui vous arrive, vous ne donnez plus d’importance aux événements déplaisants, vous ne donnez plus le droit de recommencer, et vous vous allégez du poids de vos réactions.

Si vous ne voulez plus vivre de situations qui vous rongent de l’intérieur,
optez pour le lâcher prise, 
et soufflez un bon coup en vous disant «et puis, je m’en fous !», avec conviction.

 

Vous avez cette force secrète
de laisser vivre en vous vos émotions négatives
puis de les laisser s’éteindre.

Vous avez la force de croire en la vie,
et de renoncer à la colère ou toute forme de négativité,
qui fait d’abord des dégâts sur vous.

 

Vous avez aussi la force d’être vous-même,
et de ne pas vous laisser embrigader
par vos émotions et vos pensées
qui ont vite fait de réduire la vie à un fardeau.

Laissez-les filer pour
regarder le côté positif en chaque chose,
ou découvrir le cadeau caché.

 

Il est temps de passer à la 3eme phase.

 

3-Faire la différence entre ce que vous pouvez faire,
et ce qui n’est pas de votre ressort

http://www.ressourcesetharmonie.fr/wp-content/uploads/2013/09/buddha-focus-185387_640-150x150.jpg

 

Cette étape met en évidence la différence entre ce que vous pouvez maîtriser, ce que vous pouvez influencer et ce sur quoi vous n’avez aucun pouvoir.

Prenons un exemple. Vous ne supportez pas le temps qu’il fait dehors, y pouvez-vous quelque chose ? Avez-vous un moyen d’agir pour le changer ? Assurément non ! Dans ce cas, c’est bien votre perception qui doit changer, pour que la vision du temps extérieur n’influence plus sur votre humeur, vous en ferez quasiment abstraction. Il en est de même pour d’autres situations que vous vivez.

Autre exemple : vous cherchez vos clés de voiture, au moment de partir évidemment, et vous êtes pressé. Vous cherchez, vous cherchez, vous vous énervez même peut-être, et vous ne les trouvez pas ! Prenez le recul suffisant (comme le spectateur dans son fauteuil, précédemment évoqué),  abandonnez la recherche juste quelques instants, en pensant à autre chose, en faisant autre chose (arroser les plantes, vérifier si les fenêtres sont fermées, cirer vos chaussures, aller au toilettes), pour permettre à votre esprit de ne plus penser aux clés. Une fois votre esprit dégagé de cette pression (retrouver vite les clés), vous serez prêt à vous souvenir que vous les avez laissées dans votre imper (l’autre jour, il pleuvait quand vous êtes revenu à la maison). C’est pareil pour le nom d’un acteur que vous avez sur le bout de la langue, plus vous y pensez, moins vous vous en souvenez !

Si vous pensez démesurément à un souci,
vous y restez ancré(e) sans trouver de solution.
Alors, vous donner le droit de lâcher prise,
peut permettre à votre esprit de faire émerger les solutions.

 

Comment faire ?

1) demandez-vous si pouvez-vous agir

Pour chaque événement qui se trouve sur votre route, il est important de vous demander si vous pouvez agir concrètement (vous êtes entièrement responsable ou seul impacté) ou si cela n’est pas du tout de votre ressort (d’autres personnes sont impliquées, ou un autre facteur indépendant de votre volonté).

En général, vous êtes rarement seul responsable d’une situation. Ce qu’il est judicieux de comprendre, c’est que «l’autre n’est pas moi», que «tout ce qui n’est pas moi, ne peut pas réagir comme moi, et faire ce que je ferais moi-même», que «l’autre ne peut pas deviner ce qui est bon pour moi, car il n’est pas moi».

2) demandez-vous si vous allez lâcher prise

Si vous ne pouvez pas agir concrètement, laissez faire ! Et donnez-vous le droit de lâcher prise, et d’abandonner ce qui n’est pas de votre ressort. En forçant les choses, elles viendront difficilement à vous. Faites confiance à la vie. Si les choses n’arrivent pas maintenant, il y a sûrement une bonne raison. Les solutions arrivent généralement à point nommé, à qui reste convaincu et patient (je sais parfois ça parait long).

C’est en lâchant prise que vous obtiendrez les meilleurs résultats. Car vous n’attendez plus les résultats, vous les laisser venir à vous, avec certes persévérance, et sans acharnement.

 

4-Faire la paix avec vous-même

 

 

Lâcher-prise c’est aussi faire la paix avec vous-même,
sans entretenir de sentiments néfastes
pour vous et votre être intérieur.

 

Comment faire ?

1) décidez de faire la paix avec vous-même

Chacun a son lot de déconvenues, de tristesses, de soucis, et en partant en guerre contre vous-même avec tous ces sentiments, vous ne ferez que les amplifier. Décidez de faire la paix avec vous-même revient à vous apprécier et vous aimer tel(le) que vous êtes, sans jugement, sans critique, tel(le) que vous êtes, avec vos qualités et vos défauts, à vous apprécier à votre juste valeur.

Ce n’est pas toujours facile, j’en conviens, mais ça vaut vraiment le coup d’essayer !

2) décidez de vous aimer pour faire la paix

On a tous besoin d’amour, et la première personne à pouvoir vous le donner c’est vous-même. En vous aimant et en vous appréciant, vous pourrez constater que les choses changent autour de vous.

Concrètement, comment je fais ?

  • Fermez les yeux quelques instants,
    • et intérieurement dites : « je m’aime et je m’accepte tel(le) que je suis, avec mes défauts et mes qualités, à ma juste valeur, je m’estime parce que j’ai confiance en moi… »
    • puis, laissez venir à vous toutes les émotions depuis votre coeur.

 

Choisissez de vous aimer et de vous pardonner. La vie est belle.

 

Source : Sabine Cointe : http://www.ressourcesetharmonie.fr/

MERCI