Un amérindien et son ami

Un amérindien et son ami, en visite au centre ville de New York,
marchaient près de Times Square dans Manhattan. C'était durant l'heure
du lunch et les rues étaient bondées de monde. Les autos klaxonnaient
de plus belle, les autos taxi faissaient crisser leurs pneus sur les
coins de rue, les sirènes hurlaient et les bruits de la ville rendaient
presque sourd. Soudain, l'amérindien dit, “j'entends un grillon.”
Son ami répondit, “Quoi? Tu dois être fou. Tu ne pourrais jamais entendre un grillon au milieu de tout ce vacarme!
“Non, j'en suis sûr,” dit l'amérindien, “j'entends un grillon.”
“C'est fou,” dit l'ami.
L'amérindien écouta attentivement pendant un moment, puis traversa la rue jusqu'à un
gros planteur en ciment où poussaient quelques arbustes. Il regarda à
l'intérieur des arbustes, sous les branches et avec assurance il
localisa un petit grillon. Son ami était complètement stupéfait.
“C'est incroyable,” dit son ami. “Tu dois avoir des oreilles super-humaines !”
“Non,” répondit l'amérindien. “Mes oreilles ne sont pas différentes des
tiennes. Tout ça dépend de ce que tu cherches à entendre.”
“Mais ça ne se peut pas !” dit l'ami. “Je ne pourrais jamais entendre un grillon dans ce bruit.”
“Oui, c'est vrai,” repliqua l'amérindien. “Ça dépend de ce qui est vraiment
important pour toi. Tiens, laisse-moi te le démontrer.”
Il fouilla dans sa poche, en retira quelques sous et discrètement les jeta
sur le trottoir. Et alors, malgré le bruit de la rue bondée de monde
retentissant encore dans leurs oreilles, ils remarquèrent que toutes
les têtes, jusqu'à une distance de sept mêtres d'eux, se tournaient et
regardaient pour voir si la monnaie qui tintait sur le pavement était la leur
“Tu vois ce que je veux dire?” demanda l'amérindien. “Tout ça dépend de ce qui est important pour toi.

 

Source : inconnu